Laisse moi t'aimer....Haifa
Chacun a sa facon, photos, textes, peintures....
Introduction a Haifa
La structure unique du temple
Bahai, le silo de Dagan, les
grues du port, papa se
faufilant dans les rues
tortueuses...Haifa etait in
labyrinthe magique plein de
surprises

Les couchers de soleil de Haifa
J'ai entendu dire que l'on voit
les plus beaux couchers de
soleil a Haifa. En parcourant
ma collection de photos, je me
suis rendu compte que c'etait
vrai!
aquarelle de Daniele Goldberg
Voici vos messages: Certains  sont ecrits en anglais! J'ai peur de ne pas faire honneur au texte en
le traduisant.
Sami Michael
Irene Lancaster came to Haifa in August
From: Irene Lancaster
Sent: Wednesday, May 24, 2006 12:41 AM

I come from Manchester in the north-west of England. It is a very
friendly place with the largest and most vastly-growing Orthodox Jewish
population per head of population in Europe.
On the other hand, many Jews are also feeling very concerned here, both
by the growing Islamofascism and the forces of secularism which have
combined to cause an atmosphere of contempt for the Jewish community.
Last January, my husband, said that he did not want to die in
Manchester. He thought that we should look for somewhere to live in
Israel. We had spent a Sabbatical in Jerusalem, which he had enjoyed,
but I had found hard: the heat, breast-feeding my baby and helping the
other daughter with her schoolwork in Ivrit.
This Sabbatical, however, taught me Hebrew and how to cope and although
in the next 25 years or so, I taught Hebrew and Jewish Studies in
England and wrote a book about the great bible commentator, ibn Ezra,
who moved from Spain, through Italy and France to England in the Middle
Ages, where he was killed in one of the first European pogroms in 1164,
I really thought that Israel was 'home'.
For the past three or four years I have been taking on the British
establishment which, on the whole, is very unsympathetic to Israel, and
often also unsympathetic to Jews per se. I have tried to engage with  the
BBC, the Church of England (the established church) the university
unions, who wish to boycott Israel, and others.
The 'ordinary' people in England are still great: but they don't seem  to
have the will or the tools with which to withstand the impending debacle,
that I find inevitable.
In December, my husband and I visited Netanya and Haifa. I knew I
wanted  to live on the sea, but don't like the heat: the more northern the
better, I thought. Netanya was wonderful and our great friends from
Manchester, who had themselves made Aliyah the year before, looked
after  us. But then, complete strangers from the Anglo community in Ahuza,
on  Mt Carmel in Haifa, offered to put us up. They organised an estate
agent  and a lawyer and introduced us to members of the Anglo community.
In the end, another couple, living nearby, found us an even better
apartment than the one we thought we would buy, and this is on Rehov
Einstein, opposite a little park and the Reali School, one of the best
in Israel.
We are two-thirds of the way through paying for this apartment and have
also opened a bank account. My husband was recently appointed the
world's first Professor of Transpersonal Psychology and therefore we
are  making 'split' Aliyah. I am coming first, and he will visit when he
can, as I don't think Transpersonal Psychology exists in Israel yet.
We are certainly not wealthy and I will have to be very careful with
outgoings when I arrive.
But I visited four or five professors at Haifa University in December
and they were all most welcoming, and some are the absolute experts in
their fields and internationally renowned. Plus, they had a copy of my
book on ibn Ezra in their university library, which was a sure sign.
Haifa is beautiful and magical. It is laid-back and has a good mix of
different nationalities and religions and, even more important, all the
different Jewish denominations seem to get on with each other.
Friends of mine who write for the London Times and work for the BBC
respectively suggested I start an aliyah blog. And then the Jewish
Agency shaliach in Manchester found out for me that Yoline works in the
Haifa Town Hall, helping olim from France and has also started a French
blog with Dory, which I have offered to translate, if they need it.
And both of them have been absolutely wonderful and I know they will
help me when I arrive, because the official organisations don't seem to
know much about Haifa at all. So I would say to all prospective olim or
those who just don't feel safe in France any more, try it out: come to
Haifa and look around. As the registrar to the Manchester Bet Din (one
of the strictest in the world) told me last week: Haifa is both the
most  secular city in Israel, but it also has the greatest kedushah.
My blog is at
http://irenelancaster.typepad.com/my_weblog/2006/05/new_beginnings.html
and don't hesitate to contact me. You could even put a posting on my
blog, if you wish.
I am making Aliyah on August 6th and my goods leave for Israel soon, on
June 12th.

Dr. Irene Lancaster FRSA
Trustee: Foundation for Reconciliation in the Middle East
Centre for Jewish Studies
University of Manchester UK
Ma ville adoree. ֲ«Nous, les Arabes de Haifa, sommes dans la meme situation que les Juifs :
enfermes dans nos maisonsֲ», dit Salah Abassi, ecrivain, editeur de livres en arabe. Ici, Juifs et
Arabes se comprennent. Ce n'est pas comme a Tel-Aviv, Jerusalem ou Acre, meme les guerres de
1967 ou de 1973 n'ont rien change a nos relations. Je ne quitterai pas ma ville adoree.
Publie dans Liberation le 17 juillet 2006
A Jordanian student includes an Israeli city in her dissertation and is
pleasantly surprised
Everyone I contacted or met with in Haifa was genuinely welcoming and
extremely helpful. The graduate student who shares my research interests
received me - a complete stranger - in her home, helped me to settle down in
Acre, and supported me throughout my stay with contacts, interviews, and so
much more.
The professors at the Technion met with me, provided official and technical
support for my research, linked me with professors and students with similar
research interests all over the country, and invited me to present my work
in their department. The professors at Haifa University were no less
welcoming or generous with their time, advice, and offer of support.
It was simply overwhelming. From the gentleman at the train station that
first night, to Arab and Jewish cab and sherut - communal taxi - drivers, to
students at the Technion and Haifa Universities, everyone was simply nice.
I PARTICULARLY enjoyed a trip from Haifa University down to the city, where
the gregarious voice and contagious laughter of the Arab sherut driver,
combined with the mix of Arab, Druse and Jewish students (probably more, but
that was all my inexperienced eye could detect) bewildered me. All smiled
and helped, offered advice on the best transportation back to Acre. Some
even went out of their way - despite my objections - to take me literally by
hand to the train station.
Similarly, and after a trip to the Technion, a student, also unaffected by
my answer to his question about where I was from, went off the bus with me
and walked me to my next stop. While waiting for one of my meetings at a
small local caf in downtown Haifa, I observed how Arab owners interacted
with their wide mix of clients. Everyone smiled, acted cordially and
respectfully to each other; something - unfortunately - I thought other
cities lacked.
Looking back, I realize that Haifa was the only place where people sincerely
smiled, where the air was not thick with tension, and where there existed a
wonderful mix of all backgrounds, religious and ethnic. Not only was there
diversity - Israel is generally diverse - it was how people enjoyed the mix
that distinguished Haifa.
One might speculate more about what makes Haifa so special, and propose
theories that range from geographical compositions to demographic ones. What
is important is that, like many other visitors, I will always cherish my
Haifa memories.
The writer, a Jordanian architect-planner, is doing her doctoral work at the
Department of Urban and Regional Planning the University of Michigan.
Lettre publiee dans le Jerusalem Post 27 Juin 2006
page d'accueil
Israel, modele de liberte et de tolerance
Reda MANSOUR, Atlanta Journal, 5 fevrier 2007

Reda Mansour est Consul general dג€™Israel pour les Etats-Unis du sud-est.

Mon grand-pere, qui a vecu jusquג€™a plus de 100 ans, avait lג€™habitude de dire : ֲ«
Jג€™en ai vu beaucoup, mais aucun comme les Juifs. ֲ»
Notre petite ville druze est restee de fait la meme pendant des siecles sous statut ottoman puis, plus
tard, britannique. Quand Israel fut etabli en 1948, un developpement rapide sג€™en est suivi, et,
pour la premiere fois, nos maisons ont eu lג€™electricite et lג€™eau courante et tous les enfants
ont beneficie dג€™une education gratuite et de qualite.
Meme avec toute cette modernite et ce luxe relatif, les plus grandes louanges de mon grand-pere vis-
a-vis dג€™Israel allaient vers la maniere dont le jeune Etat traitait ses citoyens les moins
chanceux. Pour la premiere fois de sa vie, mon grand-pere, un ouvrier retraite, a recu une pension
et a eu acces a une assistance medicale de qualite. Il disait quג€™une societe se jugeait
dג€™apres sa facon de traiter les personnes agees, les malades et les chomeurs, et il ajoutait quג
€™Israel sג€™etait montre fort et bienveillant. Assurement, disait-il encore, une telle nation
triomphera.
Cג€™est lג€™histoire non racontee dג€™Israel, une nation qui mesure sa force non par sa
richesse ou ses prouesses militaires, mais par la vitalite de sa societe civile et la diversite de son
systeme democratique. Dans un pays ou lג€™orchestre symphonique, le theatre et lג€™universite
ont ete fondes avant les institutions politiques de lג€™Etat, il y a maintenant plus de 40.000
associations civiles independantes. Elles renforcent notre systeme educatif, protege notre
environnement et ֵ“uvrent pour la paix et la justice dans notre region.
Israel est une societe dג€™immigres avec une population diverse : 1,3 millions de ses citoyens
sont arabes et appartiennent a divers groupes religieux et ethniques. Certains, en realite, souffrent
de la pauvrete et du manque dג€™investissement egal dans leurs communautes de la part du
gouvernement ; mais les Arabes israeliens ont neanmoins un niveau de vie plus haut quג€™aucun
de leurs freres vivant dans la region. Ils sont des citoyens a part entiere qui peuvent voter et se faire
elire dans les postes publics. Ils ont droit a la liberte de culte, de se rassembler et de parler
librement sans risque dג€™intimidation ou dג€™oppression. Depuis lג€™etablissement de
notre jeune pays, les Arabes les plus libres du Moyen-Orient resident dans lג€™Etat juif dג
€™Israel.
Avec tous les defis auxquels il fait face, Israel demeure la seule democratie du Moyen-Orient. Cela
seul ne fait pas du systeme politique israelien un systeme parfait, mais cג€™est la recherche
infinie dג€™une plus grande egalite qui distingue Israel de ses voisins. Dans ma ville natale, jג
€™ai vu lג€™accomplissement du reve israelien: de jeunes professionnels de toutes confessions
ont reussi avec succes des carrieres en droit, en medecine, en affaires et en diplomatie. Nous
venons tous de familles de classes moyennes qui ont eu acces a lג€™ecole publique et aux
universites dג€™Etat leur permettant de creer un avenir meilleur pour leurs enfants. Aucun dג
€™entre nous nג€™aurait eu cette opportunite ailleurs que dans la societe libre et ouverte dans
laquelle nous vivons.
Aujourdג€™hui, notre liberte est menacee par lג€™odieuse ideologie de haine deversee par le
Hamas, le Hezbollah et les autres organisations du meme acabit. Avec lג€™aide de leurs soutiens
a Teheran et a Damas, ces extremistes font pleuvoir des roquettes sur les villages israeliens et
envoient des bombes humaines dans nos bus et sur nos marches. Leurs partisans epousent un
narratif mensonger et eternellement victimaire, tentant de justifier chaque acte de brutalite et
blamant Israel pour chacune de leurs epreuves. Cette rhetorique creuse ne change pas le fait que
leurs obus ne connaissent ni lג€™age ni lג€™appartenance ethnique. Et la violence qui en
resulte affecte chaque Israelien, quels que soient son groupe ou sa religion.

La defense contre cet assaut requiert une action militaire, mais la solution aux problemes
complexes qui nous ont menes la ou nous sommes, reside dans le lien fort qui sג€™est developpe
entre Arabes et Juifs en Israel. Si nous coexistons pacifiquement a Haifa et Asifiya, pourquoi ne le
ferions nous pas a Gaza, Beyrouth ou le reste de la region ?

Il y a peu, jג€™ai assiste a une ceremonie au Capitole de lג€™Etat de Georgie pour
commemorer la vie et lג€™ֵ“uvre de Martin Luther King Jr. Comme Anouar el-Saddate et Itzhak
Rabin, il a donne sa vie pour defendre le reve de la coexistence. Grace a ce que mon grand-pere a
vu, mes enfants peuvent vivre ce reve comme citoyens dג€™Israel. Aujourdג€™hui, nous
regardons nos frontieres en nous demandant quand nos voisins choisiront le reve de la paix plutot
que le cauchemar de la guerre.

Article original (anglais) :
http://www.ajc.com/opinion/content/opinion/stories/2007/02/05/0205edisrael.html
Les Tems traversent la mer
temoignage sur leur installation a Haifa
Irene Lancaster's blog
Haifa Diary, blog
Abed Abdi
Dans les rues de Haïfa,  Toutes les œuvres de Yom Omer
par Daniel Tchetchik  de Haaretz 16/11/14  
un aperçu d’Israël comme elle a été autrefois
Après avoir déménagé à Hadar, le quartier de Haïfa, il ya deux ans, Yom
Omer a trouvé une vie plus simple et l’inspiration pour ses photographies
de rue.
Le photographe israélien Yom Omer a déménagé à Haïfa, du centre-ville
de Herzliya, il ya deux ans, pour vivre une vie plus simple, dans un
quartier qui lui rappelait Israël telle qu'elle était autrefois.  
Pensez y: Une visite nostalgique a Haifa
Par Susan Hattis Rolef  du Jerusalem Post 13/10/2014
Par Susan Hattis Rolef
Jérusalem Post 13/10/2014
Je suis née à Haïfa, mais depuis que j’ai fait venir ma mère âgée à Jérusalem en 1997, j’ai rarement
visité  Haïfa et quand je l'ai fait, c’était généralement  à l'Université de Haïfa, sur le Mont Carmel.

A la veille de Souccot je roulais à Haïfa pour rendre visite a une amie, qui y  récemment  retournée y
vivre de Jérusalem, après avoir convaincu le ministère   qui l'emploie de la laisser faire son travail
de son bureau du centre-ville de Haïfa
Mon amie a suggéré que nous nous promenions dans la «ville basse», que la municipalité de Haïfa  
transforme lentement   d'une zone portuaire délabrée, en un campus étudiant animé et un lieu de
rencontre.

Nous nous sommes promenées le long de la colonie allemande, en passant par la rue  Jaffa, où mon
père dirigeait un prestigieux bureau de comptabilité  dans les années 1938-1988, et  qui est
aujourd'hui une maison de retraite – ce qui était alors un genre d'hôtel pittoresque,  où  l’ami de ma
mère jouait au tennis dans les années 1950. Rien de mal avec un peu de nostalgie.

Nous nous sommes arrêtées  au nouveau Musée de la ville, situé dans ce qui était autrefois le centre
culturel de la communauté des Templiers allemand au 19ème et au début du 20ème siècle, où l’on
peut voir une exposition de photographies du Yishouv dans les années 1930, dont un grand nombre
photos du port moderne de Haïfa construit  par le gouvernement mandataire britannique, et  
officiellement ouvert en 1933.

Une autre exposition au musée est constituée d'entretiens enregistrés avec les dirigeants et certains
des participants survivants de la célèbre (certains diraient tristement célèbre) grève des marins de
1951, dirigée contre la société de transport israélienne ZIM, qui était sur le point d'entrer dans une
ère de gloire (une partie des paiements de restitution de l'Allemagne après 1952  à été donnée sous la
forme de 36 navires de passagers et de cargos).

A cette époque, Haïfa était un bastion Mapai-Histadrout, mais la grève des marins a été dirigée par
la section la plus radicale du mouvement des travailleurs israéliens, dont les dirigeants étaient
membres du Mapam puis marxiste. Tels étaient les jours. Je me demande si aujourd'hui il reste des
marins   israéliens. Certes ZIM n’est plus ce qu'elle était en termes patriotiques.

Mes propres souvenirs d'enfance incluent le mépris d’Abba Hushi, le maire de Haïfa dans les années
1951-1969, pour la "bourgeoisie" du Mont-Carmel. Je me souviens en particulier d’être assise dans
notre voiture familiale (une petite Peugeot), que ma  mère conduisait, à un feu rouge à l'intersection
des rues Herzl et Balfour, lorsque la Cadillac conduit par le chauffeur du maire s’est arrêtée à côté
de nous. Hushi baissa la fenêtre de côté et dit à ma mère d'un ton condescendant: «Vous ne pouvez
pas obtenir une meilleure voiture d’Hadassah ?" Ma mère était la présidente bénévole du chapitre de
Haïfa de Hadassah à l'époque, et le maire Mapai simplement  ne pouvait pas imaginer que
quelqu'un puisse travailler volontairement et utiliser son véhicule privé pour se déplacer - et surtout
pas quelqu'un qui vivait sur le mont Carmel.

«Haïfa la rouge" n’est plus rouge comme elle l’était quand  j’étais enfant, et son maire actuel - Yona
Yahav - est le premier maire non-travailliste   élu depuis la création de l'État, même si il a été  
parlementaire  au nom du Parti travailliste à la 14e Knesset (il a été précédé en tant que maire par
Amram Mitzna). Pourtant, Haïfa reste «différente» entre les villes d'Israël.

Sa population est encore majoritairement centre-gauche laïque, le transport en commun fonctionne
le samedi et les jours fériés, mais elle n’est pas aussi hédoniste que Tel Aviv, et est certainement
beaucoup plus modeste et provinciale. La coexistence entre ses habitants juifs et arabes est beaucoup
plus harmonieuse et authentique que dans toute autre ville avec une population mixte en Israël, sa
population religieuse (tant au niveau national religieux et ultra-orthodoxes) sont beaucoup plus
enclins à vivre en harmonie avec leurs voisins non-religieux (la taille relativement petite de la
communauté religieuse a certainement beaucoup à voir avec cela), et les colons radicaux sont nulle
part en vue. (Je me demande si les colons considèrent effectivement  que Haïfa, avec sa population
de près de 300.000, fait partie de la Terre d'Israël, même si la région  faisait partie des territoires des
tribus d'Asher et de Menashe dans les temps bibliques). Il est également peu probable de trouver  des
gens du genre de l'ancien député Michael Ben-Ari et de l’avocat Itamar Ben  Gvir  à Haïfa, même  
si en 1959 la première grande manifestation des Mizrahim contre la domination Ashkénaze a eu lieu
à Wadi Salib à Haïfa.

Alors que j’étais assise dans un restaurant de poissons sur l’avenue Ben-Gurion  dans la colonie
allemande, où les familles juives et arabes dînaient côte à côte, comme si il n'y avait rien de plus
naturel que de le faire (ce qui n’est malheureusement pas le cas dans d'autres villes mixtes d'Israël),
je me demandais si la vie en Israël ne serait pas plus agréable et supportable si le modèle de Haïfa
était prédominant. Bien que la population  de Haïfa soit probablement encore   dans la direction
laïque, âgée, ashkénaze, elle est sans doute beaucoup plus équilibrée que celle de Jérusalem ou  de  
Tel Aviv, en ce qui concerne  la distribution de la population israélienne en général.

Bien sûr, le pudding Milky  à Haïfa coute le double qu’à Berlin, comme dans le reste d'Israël, et  il y
a probablement   autant de jeunes ex-Haifaites vivant à Berlin aujourd'hui  que de jeunes d'autres
régions d’Israël (peut-être plus, parce qu'il y avait toujours une grande population  de Yekke  à Haïfa
- où j’appris mon allemand rudimentaire). On dit également  que la population tend à décroitre à
Haïfa, principalement en raison de problèmes d'emploi. Cependant, je ne pouvais pas m’empêcher
de penser que cela  pourrait ne pas être un si mauvaise idée de revenir dans la ville où je suis née.

Le logement à Haïfa est moins cher qu’à Jérusalem et Tel-Aviv, et la municipalité de Haïfa fait de
grands efforts pour saluer ceux qui décident de s'y installer   (mon ami a reçu tout un ensemble de
prestations). Le décor de la rue Panorama sur le mont Carmel est autant à couper le souffle qu’il y a
60 ans, et les plages le long de la côte de Bat Galim vers le  sud sont constamment améliorées au
profit des baigneurs, et de ceux qui veulent juste  faire une promenade. Le fait que l'une de mes filles
et sa famille ont récemment déménagé à Kiryat Tivon - une ville jardin au sud-est de Haïfa, qui
semble attirer de nombreux laïques, éduqués, des jeunes couples libéraux, qui cherchent des options
alternatives pour les écoles et  la qualité de vie  - est une autre bonne raison d'envisager un
déménagement,  quoique  je sois toujours attachée  a mon ancien lieu de travail. Il reste une forte
attraction; de la Knesset au Jardin botanique de la capitale, où j’aide à construire une base de
données botanique, à la faible humidité en été et à la neige occasionnelle en hiver, et à la folie
magique de la ville sainte. Je suppose que d'être membre d'une minorité sociale,   comme les gens
comme moi le sont aujourd'hui à Jérusalem, constitue aussi une sorte d’attraction intellectuelle.

Souccoth, l'année prochaine sans aucun doute me trouvera encore à Jérusalem.

L'auteur est une employée à la retraite de la Knesset.